Un globe oculaire imprimé en 3D pour la première fois

Au Royaume-Uni, le Moorfields Eye Hospital annonce avoir réalisé avec succès, jeudi dernier, la première implantation chirurgicale d’une prothèse oculaire imprimée en 3D.


La prothèse oculaire a été conçue pour être plus réaliste que les prothèses oculaires traditionnelles en acrylique. Le processus d'impression 3D réduit aussi considérablement le temps d'attente pour une nouvelle prothèse de moitié.



Le patient de cette première prothèse, Steve Varze, 40 ans, déclare qu'il porte une prothèse oculaire depuis l'âge de 20 ans et que son "nouvel œil est fantastique". De plus, "étant donné qu'il est basé sur la technologie d'impression numérique 3D, il ne peut que s'améliorer", dit-il.


L’œil de Steve Verze a été scanné pour s'assurer qu'il soit semblable au second. L’orbite de son œil a ensuite été moulé puis numérisé afin de créer une image détaillée collant au plus près de la réalité. L'image 3D a été envoyée en Allemagne pour être imprimée avant d'être renvoyée au Royaume-Uni, où elle a été finie et polie par un oculariste du Moorfields Eye Hospital.



La procédure complète a pris entre deux et trois semaines, contre plusieurs mois avec le procédé actuel. En plus d'apparaître plus réaliste, la procédure est considérée comme moins invasive que la méthode habituelle...


En effet, la procédure habituelle est si désagréable que certains patients nécessitent une anesthésie générale, les prothèses oculaires sont pour l’heure un véritable travail d’orfèvre, entièrement artisanal. Avant de pouvoir les concevoir, il faut réaliser un moulage de la cavité.

La nouvelle méthode s’appuie, quant à elle, sur des scan non-invasifs du ou des orbites. Des prothésistes peuvent ensuite concevoir sur ordinateur des prothèses parfaitement adaptées à la morphologie du patient.


Un essai clinique impliquant davantage de patients devrait rapidement débuter. “Nous espérons que cet essai clinique nous fournira des preuves solides de la valeur ajoutée de cette nouvelle technologie, et de la différence que cela fait pour les patients. Cela a clairement le potentiel de réduire les listes d'attentes”, a conclu le professeur Mandeep Sagoo, ophtalmologue de l'hôpital.


Encore une super avancée grâce à la fabrication additive !