SpinLaunch réussit les premiers essais de son concept de fronde géante à satellites

C'est un projet des plus étonnants que nous propose l'entreprise SpinLaunch : envoyer des satellites en orbite grâce à une fronde géante utilisant la force centrifuge.


Pour les entreprises travaillant dans le domaine du spatial, le défi d'aujourd'hui est de réduire les coûts de lancement le plus possible. Pour cela les entrepreneurs se sont tournés vers tout : des fusées réutilisables à l'impression 3-D en passant par les véhicules de lancement aérien et les ballons à haute altitude. Et pourtant, il existe un concept qui semble plus dingue que les autres ...


Ce concept est celui de SpinLaunch, qui souhaite envoyer une fusée dans l'espace grâce à l'énergie cinétique. Une centrifugeuse sous vide fait tourner la fusée à plusieurs fois la vitesse du son avant de la lâcher 🤯


L'idée qu'un appareil de d'une centaine de kilos puisse être envoyé dans l'espace après avoir tourné en rond sur Terre peut sembler difficile à concevoir.

Mais le 22 octobre dernier, au Nouveau-Mexique, la catapulte, une sorte de disque rotatif de 50 mètres de diamètre et qui atteint une hauteur «plus élevée que la statue de la Liberté», a envoyé un projectile de 3 mètres de long à une vitesse de «plusieurs milliers de kilomètres/heure», une vitesse suffisante pour atteindre le niveau suborbital (vitesse inférieure à celle requise pour rester en orbite), assure à CNBC Jonathan Yaney, le fondateur de SpinLauch.

Et encore, l'essai n'a été réalisé qu'avec 20% de la vitesse maximale de l'appareil...


Aujourd'hui, la masse d'un lanceur est essentiellement constituée d'ergols (composants qui servent à la propulsion, comme un carburant et un comburant. par exemple, les ergols du premier étage de la fusée Ariane 5 sont l'hydrogène et l'oxygène, mais ce n'est pas toujours le cas), ce qui réduit d'autant la masse et l'espace disponible pour la vraie charge utile.


Le système de SpinLaunch, fondé sur l'accélération du projectile, nécessite moins d'ergols et pourrait envoyer des petits satellites pesant jusqu'à 180 kilos. D'après le fondateur de SpinLaunch, la catapulte permettrait ainsi d'utiliser quatre fois moins de carburant et de diviser par dix les coûts de lancement.


La société prévoit d’effectuer d’autres vols d’essai tout au long de l’année 2022 avec différents appareils et à différentes vitesses, et pourrait effectuer ses premiers lancements commerciaux dès fin 2024.


Pour découvrir la société derrière ce projet : https://www.spinlaunch.com/